Cameroun : Facebook lance son programme de vérification de l’information au Cameroun avec l’AFP.

Facebook a annoncé aujourd’hui le lancement de son programme de vérification de l’information par des tiers afin d’aider à évaluer l’exactitude des informations au Cameroun, en anglais et en français. Travaillant avec AFP, une agence de presse réputée et intégrée à un réseau mondial d’organisations de vérification des faits, certifiée par le réseau international indépendant de vérification des faits, l’objectif est de réduire la propagation de la désinformation, tout en améliorant la qualité d’information que des personnes trouvent sur sa plate-forme.


Facebook lance son programme de vérification de l’information au Cameroun avec l'AFP
Le programme de vérification des faits de Facebook s’appuie sur les commentaires de la communauté Facebook, représentant un des nombreux signaux utilisés par Facebook pour signaler des histoires potentiellement fausses à l’organe de vérification pour examen. Les articles locaux seront vérifiés ainsi que les photos et les vidéos. Si l’une des personnes en charge de la vérification identifie une histoire comme étant fausse, Facebook la montrera plus bas dans le fil d’actualité, ce qui réduira considérablement sa diffusion.

Aida Ndiaye, Responsable des Relations Publiques de Facebook pour l’Afrique Francophone, a déclaré: «Le Cameroun est important pour nous, et nous sommes déterminés à prendre des mesures pour aider à lutter contre la propagation de fausses informations sur notre plate-forme. C’est une responsabilité que nous prenons au sérieux. Nous savons que l’agence de vérification des informations ne constitue pas à elle seule une solution, mais bien une des nombreuses initiatives dans lesquelles nous investissons pour améliorer la qualité des informations que les internautes voient sur Facebook. En identifiant et en rétrogradant les fausses nouvelles, nous contribuons à réduire les incitations économiques et à en limiter la propagation. »

Lorsque l’organe de vérification d’information examine une nouvelle histoire, Facebook l’affiche dans des articles associés immédiatement sous le récit, dans le fil d’actualité. Les administrateurs de page et les utilisateurs de Facebook recevront également des notifications s’ils essaient de partager une histoire ou en ont partagé une qui a été jugée fausse, ce qui leur permettra de décider par eux-mêmes de ce qu’il faut lire, croire ou partager.

«Nous sommes ravis de nous associer à l’AFP pour étendre nos efforts de vérification de l’information au Cameroun. » La désinformation est un problème répandu, mais ce sont des étapes importantes pour commencer à résoudre ce problème au Cameroun », a déclaré Jocelyne Muhutu-Remy, Responsable Stratégique de Facebook pour les partenariats médias Afrique.

Michèle Léridon, directrice de l’Information de l’AFP, s’est félicitée de « cet élargissement de l’accord entre Facebook et l’AFP, l’agence de presse leader sur l’Afrique. Nous étendons au Cameroun notre opération de fact-checking, après le Kenya, l’Afrique du Sud, le Sénégal et le Nigéria, au côté d’Africa Check, organisation bien connue pour son travail en Afrique. Les initiatives mises en place par l’AFP dans la lutte contre la désinformation témoignent de notre expertise et de notre crédibilité dans ce domaine, à l’heure où prolifèrent les fausses informations. Elle nous permettent de développer la mission historique de l’AFP, avec le travail réalisé par notre réseau de journalistes pour fournir quotidiennement à ses clients une information vérifiée ».

Par Darin Bekono

Laisser un commentaire